Researche
Entrez un sous-titre ici

Research #3 : Ce qui résiste, ZAD partout.

Extrait : Cette photographie a été prise dans une rue de Venise au printemps 2017 La vision de cette phrase écrite avec exultation sur le mur d'une ville accueillant une fois tous les deux ans l'une des plus grandes manifestations de l'art contemporain m'a saisie. 
Si l'art est, comme l'écrit Gilles Deleuze « ce qui résiste à la mort, à la servitude, à l'infamie et à la honte » ; quels espaces les sociétés offrent-elles aux artistes aujourd'hui pour résister ? Et surtout comment et pourquoi résistent-ils ? 
Il semblerait que chaque société produit inévitablement ses propres systèmes et espaces de résistance. En regard de notre société française actuelle, la ZAD (Zone à Défendre) apparaît comme une structure de résistance nouvelle et complexe. La ZAD s'inscrit systématiquement dans un espace géographique précis et revendiqué. La ZAD résiste dans sa forme polymorphes et sa temporalité extensible. La ZAD défend ce que les personnes qui la composent, pensent absolument nécessaire à protéger. Les causes d'occupations de ces territoires sont divers, bien qu'avant tout politiques et écologiques. Le terme ZAD comme l'entend ce projet d'exposition est un néologisme provenant du terme de Zone d'Aménagement Différé. Cette définition d'origine provient d'une loi promulguée en 1962 offrant la possibilité à une localité de disposer d'un territoire afin d'en articuler les particularismes et de le protéger (de spéculations financières, de projets privés urbanistiques et autres). De ce fait, la ZAD est au départ un espace voué à être pensé par les localités territoriales dans l'optique d'en faire un espace social cohérent et indispensable. La transformation de cette idée en Zone à Défendre a donné naissance en France ces dernières années à de véritables occupations de territoire par des militants se revendiquant de divers groupes et idéologies. Ce qui m'est apparue comme particulièrement intéressant dans ce concept de ZAD, c'est le regroupement hétéroclites de personnes en résistance face à des systèmes officiels et/ou puissants. 
Ces occupations sont alors devenus des espaces de résistance démocratiques au sein de la démocratie, questionnant de ce fait les valeurs et les limites de cette dernière. Si les ZAD sont des espaces de résistance, qu'en est-il des expositions ?


Research #2 : Curating as an Hauntological process
Mars 2017

Abstract

The research looks to explore the concept of Hauntology, "the science of the spectres", developed by Jacques Derrida in his book, Spectres of Marx, in 1992. This exploration is an opportunity to analyse and comprehend curating through a contemporary and philosophical concept. The main goal of this research is to compare precisely the characteristics that hauntology and curating have in common. In order to deliver an understandable and stimulating  research. This project is divided in three parts. The first part deals with the space/time of the exhibitions in regard of the definition of hauntology, the second one is about the spectral identity of the artworks and the last part studies the role of the audience as guardians of the spectres. These three different analyses reveal all the similarities that exist in between exhibitions and hauntological logic, artworks and spectres, audiences and societies.

This text also seeks to underline the common identity in between curating and hauntology, which are two logics and practices that do not seem to belong to the rational system anymore. This comparative approach opens a new perspectiveofthought closertoourcontemporarysociety.

From this contemporary perspective and research: Curating as an hauntological process, two main topics emerge. The first one is the use of technologies to turn curating in to a hauntological process and the other one is the French identity of this philosophical trend that could hide a more political and social issue behind the cultural exterior. 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Research #1 : on going / en cours : The Magical Process in Contemporary Art /  Le Processus Magique dans l'Art Contemporain 

Notes : Pavillon Finlandais, Biennale de Venise 2015 / Les époux Blume, La photo transcendantale, Centre Georges Pompidou, 2015 / Exposition Astralis, espace culturel Louis Vuitton, 2014, Paris / Exposition Markus Schinwald, CAPC, 2013, Bordeaux Exposition / Ken McMullen, Ghost Dance, 1983 / Exposition Média Médium, Espace Ygrec, 2014 / Vue de la vidéo Tracking Happiness, 2009 de Mircea Cantor / Romain Bernini, Floating Family, 2009 / Bruce Nauman, Failing to Levitate in the Studio, 1966 / Nils Guadagnin, Relic, 2012 REPTILE BRAIN OR REPTILE BODY, IT'S YOUR ANIMAL Joachim Koester, Palais de Tokyo, 2013 / Bruno Perramant, L'enlèvement /  Yves Klein, le saut dans le vide, 1960 / Nguyen Trinh Thi, vue du film Lettre du Panduranga, Jeu de Paume et CAPC, 2015 / Exposition Tarot, BNF, 1983-84, Paris / Les mots, la mort, les sorts de Jeanne Favet Saada, 1977 / La Véritable Initiation Magique, Franz Bardon, 1956 / 100 ans de Solitude de Gabriel Garcia Marquez, 1967 / Le Matin des Magiciens, de Louis Pauwels et Jacques Bergier, 1960 / La composition des mondes, Philippe Descola, 2014 / Esquisse d'une théorie générale de la Magie, Marcel Maus, 1902-1903....